Antonina Guelin (1904-1988)
Repères chronologiques
  • Médecin et biologiste, française d'origine russe, née Chtchedrina (Shedrina), le 19/06/1904, à Saint-Petersbourg (Russie). Son père est officier, sa mère issue d'une famille noble.
  • 1927 Diplômée de la Faculté de médecine de Moscou.
  • 1927-1929 Devenue interne des hôpitaux (clinique gynécologique universitaire de Moscou), elle mène des travaux sur l'influence des compétitions sportives sur le système génital féminin et sur les conséquences des avortements provoqués chez la femme.
  • 1928 Epouse Marcel Guelin, illustrateur scientifique.
  • 1929-1931 Entre comme assistante à l'Institut de morphogenèse expérimentale de Moscou, où elle mène des recherches sur l'embryon de poulet sous la direction de Véra Dantchakoff.
  • 1931 Travaux en endocrinologie sous la direction de A. Roumiantsev, à l'Institut de cytologie de Moscou. Elle quitte l'URSS pour s'installer en France, à Paris.
  • 1931-1934 Entre au laboratoire d'embryologie comparée, dirigé par E. Fauré-Fremiet, au Collège de France, où elle continue ses recherches sur l'embryon de poulet.
  • 1934-1941 Entre à l'Institut Pasteur, dans le service des anaérobies, dirigé par M. Weinberg. En collaboration avec Edouard Pozerski de Pomiane, études sur la gélatinase de différentes souches de bactéries anaérobies. Mise au point d'une méthode rapide d'isolement de bactéries anaérobies de l'intestin en milieu bilié.
  • 1941-1943 Nommée assistante dans le Service du bactériophage de l'Institut Pasteur, dirigé par Eugène Wollman. Ses recherches portent sur l'application du bactériophage dans le domaine sanitaire des eaux.
  • 1944-1969 Après la mort en déportation du Professeur Wollman, la direction du service du bactériophage est confié à Pierre Nicolle. A. Guelin poursuit ses recherches sur les bactériophages des eaux, en particulier sur l'application des bactériophages comme indicateurs de l'état sanitaire des eaux ; sur les bactériophages des bactéries anaérobies, en particulier Clostridium perfringens et Clostridium histolyticum ; sur la fixation du phosphore radioactif sur des cultures bactériennes ; sur les poissons et les eaux polluées ; sur l'auto-épuration des eaux douces par Bdellovibrio bacteriovorus et des eaux marines par les microvibrions marins.
  • 1945 Lauréate du Prix de l'Académie de médecine pour ses travaux sur les bactériophages des eaux. Adhère à l'Association des microbiologistes de langue française. Fréquente le laboratoire Arago (station de biologie marine de Banyuls-sur-mer) pendant plusieurs étés.
  • 1950 Souhaitant poursuivre ses travaux sur la morphologie des bactériophages des germes anaérobies, dont elle est devenue la principale spécialiste en France, effectue à ses frais un stage dans le service de W.J. Elford au National Institute for Medical Research, à Londres.
  • 1952 Se rend de nouveau à Londres, pour travailler sur la question de l'hygiène des eaux, dans le service des Docteurs J.E. Hotchin et C.E. Challice, successeurs de W.J. Elford, au National Institute for Medical Research ; au Water Pollution Research Laboratory ; dans le laboratoire de Klienerberger, au Lister Institute ; enfin au laboratoire de l'Association de biologie marine du Royaume-Uni.
  • 1956-1970 Entreprend, en collaboration avec Pierre Lépine, des recherches sur les divers facteurs qui déterminent la fixation des bactériophages sur les bactéries sensibles, en utilisant des isotopes radioactifs.
  • 1969-1976 Participe à plusieurs missions scientifiques en URSS : dans une station zoologique de la Mer Blanche ; à l'Institut central d'hygiène de Moscou ; au Centre biologique de Poutchino. Collabore au projet de construction d'une station expérimentale pour l'étude de l'épuration des eaux polluées à l'aide de Bdellovibrio, création en partenariat entre l'Institut Pasteur de Paris et l'Académie des sciences de l'URSS. Expose les résultats de ses recherches en URSS, au 4e colloque international d'océanographie de Naples. Nommée chef de laboratoire à l'Institut Pasteur. Elle prend sa retraite de l'Institut Pasteur.
  • 1970-1988 Dispose d'un laboratoire CNRS, à la station biologique de Roscoff, où elle travaille en collaboration avec Louis Cabioch sur la présence de Bdellovibrio bacteriovorus dans l'eau de mer.
  • 17/12/1988 Alors qu'elle prépare une mission en Terre de feu, elle décède des suites d'un accident vasculaire.
Références bibliographiques

Dossier A. Guelin (Archives Institut Pasteur, GUL.1-6 et TRE DS.50)